LES ACTUS DE VOTRE MAIRIE

Abdelhakim Bettache plaide la cause sahraouie à l'ONU

img







L'élu du MPA et non moins président de l'APC d'Alger-centre, Abdelhakim Bettache, a relevé, devant la quatrième commission de l'Assemblée générale de l'ONU consacrée à la décolonisation, que « le Maroc continue d'adopter une attitude négative, une stratégie de confrontation et une fuite en avant comme style de politique permanent face à la détermination du peuple sahraoui de prendre son destin en main », a-t-il déclaré en sa qualité d'invité à cette session de l'ONU. Pour le maire d'Alger-centre qui s'est toujours montré disponible à faire entendre l'appel des sahraouis, « le Royaume du voisin de l'Ouest continue dans l'impunité la plus totale à exercer un répression féroce à l'encontre d'un peuple qui ne demande qu'à prendre en main son destin. Ce pourquoi, un appel, auquel se sont joint la plus part des invités pour cette question de décolonisation, a été lancé de cette auguste tribune pour l'application du droit international et des résolutions de l'ONU pour la décolonisation du Sahara occidental ainsi que le respect des droits de l'Homme, largement bafoués par les autorités coloniales marocaines dans les territoires occupés. Faisant sienne la cause inaliénable du peuple sahraoui qui lutte depuis plus de quarante années pour son indépendance face à une armée marocaine dont la seule réaction est la torture, l'humiliation et les arrestations arbitraires, l'orateur a, dans son discours, exhorté la communauté internationale et l'ONU à protéger le peuple sahraoui des violations des droits de l'Homme qu'il subit et d'organiser rapidement un référendum d'autodétermination. L'occasion ne pouvait être ratée par M. Bettache de dénoncer « les pressions quotidiennes et les transgressions graves perpétrées par les forces marocaines dans les territoires sahraouis occupés ». Il a cité « l'obstination du royaume marocain à ignorer la légitimité internationale et à faire fi des résolutions du Conseil de sécurité ». Dans ce sens, il a rappelé que la résolution 1514 de décembre 1960 de l'Assemblée générale de l'ONU posait les fondements du droit au développement et qu'elle a inspiré d'autres résolutions dont la résolution 1803 de décembre 1962, relative à la souveraineté pérenne des États sur leurs ressources naturelles. Il a aussi attiré l'attention sur la résolution 3281 de décembre 1974 portant sur les droits et obligations économiques des États et a fustigé « la spoliation que continue de pratiquer le colonialisme marocain dans les territoires sahraouis occupés ». Appelant, par ailleurs, la communauté internationale à faire pression sur les autorités marocaines afin qu'elles libèrent les prisonniers politiques sahraouis, Abdelhakim Bettache a demandé au Conseil de sécurité d'élargir les prérogatives de la MINURSO afin d'intégrer la protection des droits de l'Homme et d'accélérer l'organisation d'un référendum d'autodétermination. « Le Sahara occidental reste un territoire non autonome auquel la doctrine et la pratique onusienne en matière de décolonisation sont toujours appréciables », a noté l'élu du MPA qui a ajouté que la situation des droits de l'Homme est « alarmante » dans les territoires occupés, avant d'appeler la communauté internationale à adopter les mesures appropriées pour faire cesser les violations.